Ce site utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous en acceptez l'utilisation.

SUIVEZ GOUVIEUX SUR :

icon infolettre  icon facebook icon dailymotion

Accessibilité Accessibilité

  • Votre mairie
  • Projets municipaux
  • Requalification paysagère de la place du Général de Gaulle

Requalification paysagère de la place du Général de Gaulle

 

Requalification paysagère de la place du Général de Gaulle

Deux études sont à l'origine du projet. L’une sur la possible présence de chauves-souris dans les tilleuls de la place soulignait l’importance de préserver les chauves-souris, l’autre sur l’état de santé, très dégradé des tilleuls, constituant la place Charles de Gaulle.

CDG

Les chauves-souris : des espèces menacées et protégées

Une étude du Parc naturel régional a montré que de nombreuses chauves-souris, étaient présentes dans la région. Pas moins de 19 espèces ont été recensées et de nombreux spécimens, élisent domicile dans notre commune, principalement dans des arbres à cavité pour s’abriter, hiberner ou se reproduire.

Lorsque des travaux risquent d’endommager ou de détruire l’habitat naturel des petits chiroptères, le PNR préconise une vérification de la présence ou non de ces espèces protégées depuis 1976, une intervention programmée par le maître d’ouvrage pendant une période favorable et des méthodes d’abattage adaptées.

Etudes des tilleuls

Ainsi, les études ont été axées sur l’état phytosanitaire (bilan mécanique et bilan physiologique) des tilleuls et sur leur pérennité pour répondre à la question de leur pertinence dans la rénovation de la place Charles de Gaulle.

Dans un premier temps, leur diagnostic était donc basé sur la qualité phytosanitaire globale et sur la qualité de l’alignement pour estimer la qualité de la structure (homogénéité, linéarité, régularité et esthétique). Constituant un alignement (ensemble d’arbres d’une même espèce ayant le même âge et dont l’entretien renforce l’aspect homogène) triangulaire, les 20 tilleuls ont été évalués non pas individuellement mais comme faisant partie d’un ensemble.

Dans un second temps, les 20 tilleuls à grandes feuilles ont fait l’objet d’un diagnostic individuel. Concernant la qualité phytosanitaire des tilleuls, les arbres sont pour la plupart en mauvais voire très mauvais état. Ils présentent tous des coupes de charpentières (branches de gros diamètres) qui ont pourri et se sont creusées, constituant des cavités plus ou moins importantes. Il est ainsi préconisé de couper ces têtes, voire la branche entière. De plus, 6 arbres présentaient des blessures au niveau du tronc ou du collet qui se sont également creusées. D’autres blessures, chicots, déchaussements, décollements, craquelures, nécroses d’écorce, fissures ouvertes ou non, renflements, suintements ou bien inclinaison anormale venaient alourdir le bilan de santé de ces arbres.

La qualité de la structure fut considérée quant à elle mauvaise, bien que l’effet global resta satisfaisant et que l’alignement joua encore son rôle. En effet, l’espacement irrégulier entre les arbres (absence de 3 arbres dont l’une des souches était encore visible) et l’esthétique globale n’était pas très bonne car certains arbres avaient un port très déséquilibré, non jointif avec des arbres voisins. La pérennité de la qualité de la structure fut alors évaluée à un niveau très faible.

Le diagnostic fut sans appel. Tous les arbres présentaient des signes de sénescence avancée qui les rendaient potentiellement dangereux à plus ou moins court terme. Cet alignement de tilleuls en fin de vie n’était pas pertinent dans le réaménagement de la place Charles de Gaulle.

Les aménagements

Les aménagements de la place Charles de Gaulle ont également fait l’objet d’une réflexion les jugeant obsolètes : les surfaces de dallage en granit rose sciés apparaissaient comme inconvenantes dans le revêtement général de la place, les trottoirs desservant les places de stationnement étaient inexistants ou trop étroits, les itinéraires piétonniers au niveau des différents passages protégés peu pratiques et le mobilier en béton démodé.

A l’issue de l’étude, plusieurs options de réaménagement ont été discutées en commission d’aménagement. L’une d’entre elles était la rénovation à l’identique avec la replantation d’arbres, la simplification du coeur de la place et l’aménagement des trottoirs. Une autre était une place revisitée, plus ouverte sur son espace urbain avec la plantation de trois bouquets d’arbres conduits en tige ou en cépée aux trois angles de la place.

C’est cette dernière option que la commission d’aménagement a adopté. La place est ainsi dotée d’un patrimoine arboré restauré, plus aéré, et d’un espace central, moins minéral, occupé par une pelouse résistante au piétinement, des massifs de plantes vivaces pour diversifier les ambiances. Le monument aux morts, plus visible, est remis en scène et épuré avec la démolition du muret circulaire. Ce nouvel ensemble est plus en cohérence avec notre territoire, notre patrimoine rural.

Lire la suite ...

Requalification paysagère de la place du Général de Gaulle

 

Requalification paysagère de la place du Général de Gaulle

Deux études sont à l'origine du projet. L’une sur la possible présence de chauves-souris dans les tilleuls de la place soulignait l’importance de préserver les chauves-souris, l’autre sur l’état de santé, très dégradé des tilleuls, constituant la place Charles de Gaulle.

CDG

Les chauves-souris : des espèces menacées et protégées

Une étude du Parc naturel régional a montré que de nombreuses chauves-souris, étaient présentes dans la région. Pas moins de 19 espèces ont été recensées et de nombreux spécimens, élisent domicile dans notre commune, principalement dans des arbres à cavité pour s’abriter, hiberner ou se reproduire.

Lorsque des travaux risquent d’endommager ou de détruire l’habitat naturel des petits chiroptères, le PNR préconise une vérification de la présence ou non de ces espèces protégées depuis 1976, une intervention programmée par le maître d’ouvrage pendant une période favorable et des méthodes d’abattage adaptées.

Etudes des tilleuls

Ainsi, les études ont été axées sur l’état phytosanitaire (bilan mécanique et bilan physiologique) des tilleuls et sur leur pérennité pour répondre à la question de leur pertinence dans la rénovation de la place Charles de Gaulle.

Dans un premier temps, leur diagnostic était donc basé sur la qualité phytosanitaire globale et sur la qualité de l’alignement pour estimer la qualité de la structure (homogénéité, linéarité, régularité et esthétique). Constituant un alignement (ensemble d’arbres d’une même espèce ayant le même âge et dont l’entretien renforce l’aspect homogène) triangulaire, les 20 tilleuls ont été évalués non pas individuellement mais comme faisant partie d’un ensemble.

Dans un second temps, les 20 tilleuls à grandes feuilles ont fait l’objet d’un diagnostic individuel. Concernant la qualité phytosanitaire des tilleuls, les arbres sont pour la plupart en mauvais voire très mauvais état. Ils présentent tous des coupes de charpentières (branches de gros diamètres) qui ont pourri et se sont creusées, constituant des cavités plus ou moins importantes. Il est ainsi préconisé de couper ces têtes, voire la branche entière. De plus, 6 arbres présentaient des blessures au niveau du tronc ou du collet qui se sont également creusées. D’autres blessures, chicots, déchaussements, décollements, craquelures, nécroses d’écorce, fissures ouvertes ou non, renflements, suintements ou bien inclinaison anormale venaient alourdir le bilan de santé de ces arbres.

La qualité de la structure fut considérée quant à elle mauvaise, bien que l’effet global resta satisfaisant et que l’alignement joua encore son rôle. En effet, l’espacement irrégulier entre les arbres (absence de 3 arbres dont l’une des souches était encore visible) et l’esthétique globale n’était pas très bonne car certains arbres avaient un port très déséquilibré, non jointif avec des arbres voisins. La pérennité de la qualité de la structure fut alors évaluée à un niveau très faible.

Le diagnostic fut sans appel. Tous les arbres présentaient des signes de sénescence avancée qui les rendaient potentiellement dangereux à plus ou moins court terme. Cet alignement de tilleuls en fin de vie n’était pas pertinent dans le réaménagement de la place Charles de Gaulle.

Les aménagements

Les aménagements de la place Charles de Gaulle ont également fait l’objet d’une réflexion les jugeant obsolètes : les surfaces de dallage en granit rose sciés apparaissaient comme inconvenantes dans le revêtement général de la place, les trottoirs desservant les places de stationnement étaient inexistants ou trop étroits, les itinéraires piétonniers au niveau des différents passages protégés peu pratiques et le mobilier en béton démodé.

A l’issue de l’étude, plusieurs options de réaménagement ont été discutées en commission d’aménagement. L’une d’entre elles était la rénovation à l’identique avec la replantation d’arbres, la simplification du coeur de la place et l’aménagement des trottoirs. Une autre était une place revisitée, plus ouverte sur son espace urbain avec la plantation de trois bouquets d’arbres conduits en tige ou en cépée aux trois angles de la place.

C’est cette dernière option que la commission d’aménagement a adopté. La place est ainsi dotée d’un patrimoine arboré restauré, plus aéré, et d’un espace central, moins minéral, occupé par une pelouse résistante au piétinement, des massifs de plantes vivaces pour diversifier les ambiances. Le monument aux morts, plus visible, est remis en scène et épuré avec la démolition du muret circulaire. Ce nouvel ensemble est plus en cohérence avec notre territoire, notre patrimoine rural.

Lire la suite ...